Intérêt écologique

LA TERRE DE VOTRE JARDIN EST UN MILIEU VIVANT LES FOURCHES A BÊCHER DUCOTERRE VOUS AIDENT A LE PRESERVER

En observant la terre on découvre :

  • sur le sol : des feuilles, des déchets minéraux et des insectes,
  • en sous-sol : des vers de terre mais aussi des milliers d’ espèces visibles uniquement au microscope.

Chacun joue son rôle :

Auteur : Delphine Chklé
Portfolio : http://www.chkle.net

A. Les arthropodes (Fourmis, araignées, divers coléoptères) fragmentent les matières organiques.

B. Les nématodes, sont des vers minuscules qui mangent les déchets animaux et végétaux.

C. Les protozoaires rajeunissent la micro flore.

D. Les lombrics sont des vers qui incorporent la matière organique par exemple le fumier (inutile de l’ enfouir, les lombrics le feront à votre place).

E. Les actinomycètes, des bactéries qui décomposent le bois ou le carton.

F. Les algues, source de matière organique qui enrichissent le sous-sol en azote.

G. Les bactéries présentes par milliards libèrent les éléments minéraux qui serviront à nourrir les plantes.

H. Les champignons produisent de la matière organique.

On peut dire que tout ce petit monde travaille dans une formidable usine à humus et en plus GRATUITE.

En retournant la terre on détruit tout le système.

Imaginez qu’on fasse passer brusquement un être humain du niveau de la mer à 50.000 mètres d’ altitude et vous comprendrez le bouleversement que subissent ces espèces présentes par dizaines de milliers dans un gramme de terre.

On tue le gratuit et on le remplace par des apports de produits payants.

De plus, le labour avec retournement demande un travail fatigant, voire très coûteux à grande échelle (et que dire des émissions de CO2 ?…). D’ailleurs, depuis peu, certains cultivateurs ont adopté avec beaucoup de réussite la culture sans retournement.

 

De nombreux adeptes nous apportent leur témoignage éloquent sur Internet.

Regardez la forêt : personne ne retourne son sous-sol ni n’apporte d’engrais et pourtant ça pousse !….On n’ a donc pas intérêt à retourner la terre, contrairement aux idées reçues depuis des générations.

Il est cependant nécessaire d’aérer la terre car, sans oxygène, il n’ y a pas de dégradation des matières organiques. Dans la forêt ce sont les racines des arbres qui aèrent le sous-sol, nul besoin de motoculteur.

Les fourches à bêcher DUCOTERRE, grâce à leur conception longuement réfléchie et à leur mode d’utilisation, sont vos alliées pour un travail facile, sans retournement, dans le respect de l’ écologie du sol.

Intérêt ERGONOMIQUE

De nombreux essais comparatifs effectués sur les différents outils du type Grelinette par des jardiniers issus de divers horizons, la fourche à bêcher DUCOTERRE est unanimement reconnue comme celle ayant le meilleur effet de levier. 

Retrouvez le test des jardiniers de Terre Vivante  pour le magazine   .

Elle est la plus ergonomique* du marché : c’est la seule qui permet de travailler le sol sans fléchir les jambes et sans courber le dos, sur une profondeur de 25 cm. Ce résultat est obtenu grâce à :

  • la courbure spéciale des dents .
  • l’espace entre les dents (10 cm environ).
  • l’écartement au sommet des manches identique quel que soit le modèle et assez important pour que le jardinier puisse passer entre les deux.

Ces trois particularités permettent, une fois la fourche enfoncée dans le sol, de saisir les manches au sommet et de tirer les deux mains en arrière simultanément jusqu’à ce que les bras soient tendus. A ce moment-là, sans que le jardinier courbe le dos ni ne fléchisse les jambes, grâce à l’effet de levier, la motte se détache
Il suffit de relever légèrement la fourche avec un bras en effectuant des petites secousses : la fourche prend appui sur le coté opposé et la motte commence à se briser, puis de procéder de même avec l’autre bras. La motte se trouve alors complètement disloquée.
Ces opérations sont détaillées dans la page : Détail d’utilisation.

REGARDEZ AUSSI ATTENTIVEMENT NOTRE VIDEO : toutes ces opérations se font sans fatigue avec les fourches à bêcher DUCOTERRE grâce à l’effet de levier procuré par la forme spécifique des dents. 

On travaille en reculant, en faisant glisser la fourche sur le sol avant de détacher une autre motte. On n’a donc pas à porter l’outil. Si le sol est lourd, il faut reculer moins afin de détacher des mottes plus petites. 

En choisissant nos outils et en suivant bien tous nos conseils, vous constaterez que vous jardinerez en ayant la cage thoracique bien ouverte, sans vous essouffler ni faire souffrir votre dos ou vos jambes. La corvée de bêchage se transformera en exercice physique excellent pour votre santé et votre moral et votre potager n’aura jamais été aussi beau.

* Ergonomie : science de l’adaptation du travail à l’homme, qui porte sur l’amélioration des postes et de l’ambiance du travail, sur la diminution de la fatigue physique et nerveuse, sur l’enrichissement des tâches…